Les guides sont étanches et pas des tanches !

Amis dyslexiques, il est normal que le titre de cet article, digne des plus mauvais jeux de mots d'MC Solaar, vous échappe. N'en prenez pas ombrage et passez à la suite, vous verrez, c'est plus clair !

Il arrive encore assez régulièrement au Flamboyant d'intervenir en tant qu'expert technique ou jury mandaté par le syndicat national pour les différents organismes de formation habilités par l'Etat... Cette année ne fait pas exception à la règle, et il retrouve avec plaisir l'équipe de l'ENSA pour le final du module canyon proposé aux guides déjà diplômés.

Mais voici que je me surprend à parler de moi à la 3ème personne du singulier. L'habitude d'être au centre des conversations, sans doute :) Reprenons de façon plus conventionnelle...

Les vieilles connaissances sont légion... A ma gauche, les encadrants/jury, "introducing" les fantasques, complices, et marseillais Tchouky et Norbert Apicella, amis de 40 ans, le sérieux mais solide Paulo Robach, le jeune Top Gun Aymeric Clouet ainsi que l'un des derniers sur-hommes, Michael Roux, venu du fin fond de son Auvergne d'adoption... A ma droite, les stagiaires, tous guides de haute montagne et cherchant à valider l'examen final du DE canyon. Je retrouve avec plaisir Romain Olivier, qui a préparé le proba de l'aspi avec moi il y a une dizaine d'années, Renaud Chatain, qui a bien du hélitreuiller un client ou deux en Corse lors de ses années secours là-bas, Jessy Pivier, qui bosse aussi aux 3 Vallées l'hiver, et JB Castellani, qui représente l'avenir des jeunes guides insulaires ! Pour ne citer que ceux-là bien sûr, que les autres me pardonnent.

Bref, pour clôturer la saison dans l'eau, rien de tel que du canyon un peu plus "sérieux" que le tryptique fabuleux de Bavella, d'une insondable beauté graphique certes mais au niveau plus abordable...

Ici en Val d'Aoste, les stagiaires n'ont pas fait les choses à moitié: rééquipement léché de canyons peu parcourus voire confidentiels, du très beau et conséquent travail de préparation. Les itinéraires choisis par l'équipe de l'ENSA, emmenée par l'homme dont le charisme et la gouaille sont inversement proportionnels à la taille, Monsieur Tchouky, étaient optimaux: d'une grande beauté, plutôt bien en eau (malgré l'étiage, sinon ces "torrente" sont des machines à broyer non seulement du clampin en combi mais également des arbres de 30m ou des blocs gros comme des Fiat Panda), longs... Bref hyper adaptés, puisqu'ils ont également pu mettre en lumière les habiletés aquatiques des candidats et leur capacité à gérer des clients dans de la flotte "qui bouge un peu", tout comme leurs techniques de corde évoluées. 

Si on ajoute à cela un groupe de stagiaires solide, homogène, voire parfois brillant, on a là une belle promo de DE canyon "à la sauce ENSA". Et si je vous dis que le café transalpin était excellent, on frise le sans faute !

Des canyons engagés et très intéressants sont au menu... on y va ?
Ambiance joyeuse à l'équipement... Sur la gauche, les fans reconnaîtront le mystico-créativo-sympatico Norbert Apicella (à qui l'on doit le "9" notamment) et un vieux BASEux, pionnier en son temps, le quasi mythique Mickaël Roux (pour ceux que la discipline passionne of course)
L'un est beau, l'autre a des cheveux, c'est équitable non ? ;)
Le paysan du coin n'est pas emmerdé par la foule... et quel cadre !
Plongée dans le haut de Licony..
A l'attaque
Antoine à la manoeuvre, Aymeric tout sourire... son étanche n'a pas encore commencé à prendre l'humidité...
Le Flamboyant fait taire tous ses détracteurs: il porte un casque et un baudrier, ainsi qu'un sifflet autour du cou ! Manquerait plus que le topo... Ah ben si, il est dans la poche ! Spéciale dédicace à Nico Berland !
Pas moyen d'arrêter la douche, le robinet est cassé...
Antoine et Renaud, les stagiaires du jour, en action avec leurs clients
Aymeric, mon binôme, négocie un petit ressaut en mode fainéant, on ne va pas aller jusqu'à mettre le 8
Baaaaase le chamois !
Ca ne va pas tarder à devenir super beau...
Vu d'ici on ne dirait pas que l'on évolue sur un schiste de la plus mauvaise qualité qui soit, non ?
Et soudain, c'est splendide: quel coup de sabre !
Ambiance exceptionnelle !
Au coeur de la gorge...
L'équipement d'origine méritait bien une mise à jour non ?
Amateurs de gorges profondes, vous serez ravis... :)
Partie basse de Colombaz, absolument grandiose
Ca brasse quand même...
La piscine de l'hôtel... bon c'est pour faire les malins, on n'y trempera pas le zgeg, pas le temps...
L'équipe du deuxième jour: A droite, Paulo Robach, un des piliers historiques de l'ENSA moderne, Romain, vieux copain des années "proba", et JB, l'un des rares guides corses (et certainement le premier de Moncale ;)
Premiers toboggans, c'est plus aquatique que la veille
Le sérieux, le professionnalisme, la concentration, tout çaaaaa... exigés de l'expert engagé comme jury d'examen n'empêche pas de se faire plaisir sur quelques obstacles superbes ! Bref, je me régale !
Il y a quand même de la flotte
Exam pour le DE Kayak ? Non non, canyon !
Rappel guidé bien utile pour éviter une brave cascade et du rocher plus glissant qu'une anguille plongée dans de l'huile d'olive...
L'exceptionnel passage de l'oeuf coincé... majeur !
Le passage mythique de Clavalité...
Des couleurs quasi automnales, superbe !
Un rappel ou un gros saut, ici (l'autre) Romain sur ce 12m assez technique où l'impulsion de départ ne doit pas être molle. Un obstacle génial, mais ça tape à l'arrivée en étanche, ou alors je me fais vieux !
Belle vasque à débordement, ça commence à sentir l'écurie...
Après un chamois mort, une vipère, bien vivante elle... mefiat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !