A l'eau !

Une construction de maison qui s'éternise, un collègue qui a un empêchement et le CREPS PACA se voit honoré de la présence sérénissime de votre (plus ou moins) humble serviteur. Un peu de canyon après une semaine de grimpe sur le granit Corse, puis une semaine d'alpinisme au coeur des Ecrins, on peut dire que je varie les plaisirs, et c'est tant mieux ! Au menu, la VEPMSP du DEJEPS Canyonisme. Pour les gens normaux, cette succession de lettres à forte consonance consonnesque s'assimile au mieux à des prénoms ouzbeks, au pire au charabia vomi par un étudiant bourré pendant le Spring Break en Floride. Il s'agit en réalité d'évaluer de futurs moniteurs de canyon quant à leur capacité à encadrer professionnellement des clients en tant que stagiaires. Canyon de niveau abordable, public support jouant le rôle de clients, examinateurs à l'affût, les journées sont d'importance pour eux.

La particularité du CREPS PACA, outre le fait que certains de ses cadres n'hésitent pas à arborer une barbe dans le plus pur style Edouard Philippe ou à se parer d'un couvre chef qui ferait pâlir d'envie Tom Sawyer, c'est qu'il forme des "bi-qualifs". En clair, les gens que nous observons sur cette certification sont déjà titulaires d'un Diplôme d'Etat, escalade en milieux naturels pour l'immense majorité mais pas que, spéléo également.

Cela donne des candidats qui globalement tiennent debout, qui ne sont pas puceaux en termes de face à face pédagogique, et qui nous ont dans l'ensemble gratifiés de jolies prestations. Nagez jeunesse !

Ca ressemble presque à un canyon ce cours d'eau, sans dec !
Briefing avant de décoller, les experts techniques / jury sont en retrait derrière l'objectif et écoutent aussi religieusement que les "cobayes"
Moins moche que dans mes souvenirs ce Haut Chassezac finalement, je dois bien le reconnaître. Mais qu'on ne vienne pas me comparer ce talus avec la Corse, hein ? Cela témoigne d'un manque de goût et de culture aquatique impardonnables ! :)
Le duo examinant du jour, Bérenger, du gang des niçois, gavé au Soca et sponsorisé par Ehpad (autre spécialité niçoise), flanqué de son boréal compagnon du jour...
L'atout charme de la DDCS Lozère, Elsa, joue les cobayes. Notre prof de sport du "4-8" n'est finalement pas si insensible que ça à l'humour lourdaud de Bérenger, que le Flamboyant tente de contrebalancer par des remarques plus érudites...:)
Le toboggan sec, mise en place de l'atelier par Axel
Ouais, pas si moche en fait, faut avouer...
Le "grand" rappel, comme disent les clients, qui se font plaisir !
Ombre et lumière...
De bien belles marmites, putain mais c'est superbe ce Chassezac, su-per-be !
Romaric installe calmement mais efficacement son atelier
Jolie petite cascade, on dirait presque un canyon :)
LE saut du canyon (faut pas le louper, yen a presque pas d'autre), exécuté à la mode salade niçoise par Bérenger. Style et dynamisme pour un "front" réussi !
Les deux jurys s'éclatent aussi le temps de ce court intermède festif, le représentant de Bavella pose un back de vieux beau en guise de réplique
Plaisir simple mais puissant du saut dans ce très esthétique bief. Oh le public support, dites-le quand on vous régale !
Romaric fait regretter aux cobayes leur dernier cassoulet en les glissant dans un joli petit siphon bien étroit...
La (tristement) célèbre rajole, désormais équipée à demeure. Futur moniteur heureux, public souriant, jury content... merci à l'équipe du CREPS PACA et à Pierrick pour son accueil toujours chaleureux !

Mention spéciale aux belles rencontres également pendant ce court séjour. Je connaissais bien sûr Pierrick (depuis qu'il a 14 ans, même pour lui ça commence à faire), David, Olivier, et même Elsa que j'avais déjà croisée. Jolie découverte que celle de Cyril, triathlète à la coupe de cheveux Pantanesque, ainsi que son acolyte Lionel. Notre passion cyclistique commune a permis de beaux échanges sur Rasmussen, Ricco, Ugrumov, De las Cuevas, Garzelli et autres chaudières mythiques, qui m'ont ému aux larmes en leur temps ! A la prochaine avec plaisir les gars !

Alpinisme protéiforme

Ne tournons pas autour du pot, l'alpinisme traditionnel et classique est en perte de vitesse. A titre d'exemple, il y a 30 ans, le chalet du CAF à la Bérarde tournait à plein régime et faisait bosser moult guides toute la saison. Aujourd'hui c'est le désert. Les temps ont changé, la société aussi. Les valeurs de courage, de rusticité, d'engagement, les bienfaits du levé très tôt, l'apprentissage de la souffrance parfois, la faim, la soif, le sommeil, sont des choses simples mais désormais tombées en désuétude. La beauté pure et époustouflante des paysages de montagne demeure, mais certains "djeunz" préféreront s'en donner un aperçu au mieux en montant dans le train du Montenvers ou de la Jungfrau au pire en matant des vidéos RedBull alors qu'ils pourraient mordre la vie de toute leur jeunesse et leur fougue. Paroles de vieux con, je sais, mais je maintiens :)  

Heureusement, quelques irréductibles résistent encore et toujours à l'envahisseur 2.0. L'ami Thomas est de ceux-là, loin du NFC, symbole d'une dématérialisation toujours plus galopante, loin des bars à ongles, ou à chats, qui font fureur, loin des trottinettes électriques qui consomment de l'énergie et des métaux rares à l'heure où il faudrait que les gens fassent du sport et soient plus économes. 

Parisien par nécessité professionnelle, Thomas s'aère régulièrement l'esprit et le corps dans nos montagnes qu'il chérit et s'enivre du bon air qu'il rencontre sur les sommets, et en refuge. Retour en images sur une semaine compliquée niveau météo mais qui nous a permis de goûter à de l'alpinisme classique à la fois préalpin, et de haute montagne. 

Le Flamboyant dans sa position préférée, le cul posé à dire des conneries !
Météo compliquée pour commencer le stage, on s'offre une page d'Histoire avec le Mont Aiguille
Ambiance toujours magique dans ce berceau de l'alpinisme...
Thomas pose à côté de la plaque commémorant le 500ème anniversaire de l'ascension d'Antoine de Ville
Votre serviteur aux abords de l'Arche
Thomas plein gaz sur l'Escaper, confiant et efficace !
La Grange aux Loups, gîte super sympa à la Bâtie, sous le col de l'Allimas, pour reprendre des forces sans se faire délester de trop de sesterces: à conseiller vivement ! N'essayez pas de payer en NFC, on n'est pas dans le marais, des espèces feront très bien l'affaire !
J2, même tarif, même punition, météo encore plus pourrie, dans la crasse toute la journée... Un Gerbier version "intime" nous attend donc !
"Le rasoir", passage qui ne l'est pas et ambiance dans la brume...
Les cannelures chères à Lionel Tassan :)
Thomas à donf sur l'Escaper, un outil toujours aussi redoutable
Départ pour le Glacier Blanc, montée au refuge par le "chemin des guides", que je ne connaissais pas. 300m de scrambling rocheux avec un ou deux pas plus fins et peu protégeables. Jolie façon de monter sans s'ennuyer, croisé trois pitons "épicétou"
Pause repérage pour le lendemain avec de l'Eurodance de qualité dans les oreilles, what else ?
But météo qui fait plaisir quand on se réveille à 3h... Exit les Agneaux, on improvise une arête mixte sur une idée originale du collègue Cyrille, merci à lui !
On garde le sourire...
C'est bon la haute montagne quand même !
Loin des brunchs et des open-spaces, Thomas se sent bien. C'est quand même autre chose qu'une séance de burpies et de dips !
Il a reneigé un peu pendant la nuit, saupoudrant les arêtes déchiquetées d'une magnifique poudre blanche, qui n'a rien à voir avec celle que s'enfile dans les narines Benoît Magimel...
La jolie arête menant du Pic du Glacier d'Arsine au Pic du Glacier Blanc
Ciel, du mixte !
La célèbre cordée "M&M's = Mélanie & Marion" dite "les gardiennes", vue quelques jours plus tard au Chardonnet. Deux girls s'affûtant pour les épreuves ardues de l'aspi... Ne leur souhaitons pas bonne chance, car on n'en a pas besoin quand on a du talent. Souhaitons leur plutôt une absence de malchance, et feu !
Chalage abo jusqu'à mi-cuisses parfois pour atteindre le Pic du Glacier Blanc. J'adore, j'ai bien gueulé....
Content quand même le vieux
Encore des pots bien profonds sur le glacier... ça n'effraie pas tout le monde apparemment, à qui sans corde, à qui en chaussures de running...
Thomas sur fond de Glacier Blanc avant une belle part de tarte aux myrtilles...
A grande gueule, grande gueule et demie: Grand Simon est dans la place
. Dans le même genre, l'ami Ben Brochard était en train de monter :)
A Légende, Légende et demie. Monsieur Claude Albrand, ex formateur BE escalade, 78 ans, toujours à faire le guide, et recordman du monde de Dôme/Barre des Ecrins avec 749 passages au sommet ! Série en cours, évidemment... Respect immense !
Dernier jour, la tempête de ciel bleu est enfin là !
Attention à la marche sur la corniche !
La Pointe Cézanne au petit matin
L'ami Thomas arrosant les plantes face à la Reine Meije... Les jeunes ne respectent plus rien lorsqu'ils sont "en région" !
Thomas n'est jamais loin d'une part de tarte à la myrtille au refuge... et vice versa ! Merci pour cette super semaine qui en appellera d'autres j'espère !

Le pornographe du topographe...

Oui bon, des mois depuis le dernier post, un très inédit "confinement" de presque 60 jours enfermé avec les deux petits monstres en sortant tout juste de 70 jours de ski et de montagne, comprenez que ce petit hommage aussi discret que posthume à l'immense Georges et au non moins grand Thierry S. me fasse plaisir et que je ne sois pas forcément au meilleur de ma forme humoristique. 

Mais j'aime quand même, alors puisque c'est moi qui décide, je vous impose ce titre à la fois chantant et potentiellement décevant pour celui (ou celle) cherchant ici quelque allusion bite/couille/chatte indigne du blog d'un homme d'âge désormais mûr (ou presque).

Bref, après un printemps à peine moins mouvementé que le précédent (trois vertèbres cassées en faisant le Djeunz en BMX pour 2020 contre deux opérations du genou droit en 2019, je dirais qu'on se maintient...), reprise de l'escalade et du boulot avec ma fidèle cliente et amie Nathalie. Des affaires perso m'emmenant en Corse, elle décide de se joindre au projet pour toucher du caillou 5 étoiles, et ce n'est évidemment pas ce qui manque sur l'île de beauté. 

Votre serviteur pour une fois de l'autre côté de l'objectif, négociant une jolie longueur trad et technique due à un ouvreur compulsif et talentueux bien connu. Le tout sous l'oeil expert de Thierry, merci à lui !

J'essaye également d'honorer l'invitation de l'ami Thierry Souchard à grimper sous l'oeil de son drone ou de son appareil photo. Le Maître es-topo Ajaccien, celui qui a fait entrer les bouquins de verticalité rocheuse "nustrale" dans l'ère moderne, m'avait en effet convié il y quelques mois à programmer une séance photo pour le prochain opus "Grandes voies à Bavella". Cette attention et cet honneur m'ont touchés et j'ai été ravi de cette petite expérience se tenant sur une voie full trad récente dans un secteur que j'aime beaucoup. Ce fut également l'occasion d'en affiner le topo, et ainsi d'apporter une petite et modeste contribution à l'oeuvre de Thierry. Surveillez les rayons de votre libraire montagne préférée, cette bible sera bientôt en magasin (et en ligne pour les plus "2.0" d'entre vous !)

A l'inverse, Nathalie se frotte aux cotations et au style très "old school" de Monte Santu ! Ca met une petite claque :)

Nouveau secteur de couennes dans les environs de Sainte Lucie... quelques très belles oeuvres modernes et lactatisantes (mais pas que) à découvrir !
Des longueurs très techniques mais grisantes, allez-y sans vous soucier des cots !
Crépuscule au col de Bavella, l'un des plus beaux spectacles de la planète... On a beau en avoir vu des centaines, impossible de ne pas être scotché: chì spettaculu !

Séance "confirmation de topo d'une nouvelle grande voie" avec reportage photo, nous voici gâtés ! Votre serviteur se rétablit au dessus du toit de L1 sous l'oeil expert de Maître Thierry...
Ne vous fiez pas aux apparences, l'ami Thierry est très avenant et vif d'esprit ! :)
Nathalie ferme les biceps dans le pas de bloc de L1

La très belle traversée de L4, jamais très difficile mais bien gazeuse !

Grosse ambiance !

Relais sur deux bons friends: du bon TA qui protège bien
Perdu dans un océan de rocher sublime !

Le guide protège la traversée pour rassurer son second... euh, j'ai bon ? :)
Une très fine équipe pour un apéro de choc: l'éternel Carlos, que l'on ne présente plus, Marion la Judoka qui a mis Rudy KO, l'ami Rudy donc, essoreur de poignée hors paire, Thierry of course, et au fond à gauche, l'un des deux tauliers, à l'humour aussi aiguisé que les qualité de ses burgers ou les goûts automobiles de son adorable frangin ;)

Nath pose les pieds sur les dalles de la Punta Arghjavara
Début de la belle traversée sous tafoni

Très belle longueur technique et gazeuse, un bijou !

Nathalie s'applique pour rejoindre le relais
#leflamboyant :)