Saint Xavier priez pour nous !

Ce blog sans prétention est d'ordinaire dédié à de belles images de montagne accompagnées de quelques lignes subtilement polluées par un échantillon de jeux de mots douteux, pour mon plus grand plaisir, et j'espère même celui de ma famille, mes amis, mes clients... Le tout pour garder une petite trace sympa de mon... modeste mais tout de même inoubliable passage dans ce petit monde vertical dont je suis si heureux de faire partie ! Ca fera de quoi lire entre deux couches pleines à la maison de retraite !

La blessure fait partie de ce métier, de ce monde, la mort également comme nous le rappelle si brutalement ici une avalanche, là une chute de pierre, ou encore une erreur de manip, voire la fatalité brut(e). Sans parler de ce crabe de malheur ou autre saloperie frappant aveuglément où bon lui semble, chacun en connaît plusieurs victimes et personne n'est à l'abri. Bref, en fait on est tous en survie !

24 ans, toutes ses dents, et la seconde épaule en rééducation. La première est réparée depuis 6 ans déjà. Ok, ok, j'ai vieilli, je le reconnais...
Personnellement, cela faisait un bail qu'une blessure ne m'avait tenu éloigné du milieu naturel qui me fait vibrer et qui, on le perçoit de façon aïgue quand on en est privé, est une part essentielle de mon équilibre.

Bien sûr, les dramatiques accidents des copains dans les années 2000, les tragiques disparitions des collègues guides tous les ans, les "années BASE" et leur cortège de "départs" précoces, tout ceci fait que l'on entretient un lien étroit avec les "pépins", plus ou moins graves, voire définitifs.

Une autre époque: les butées sur les épaules nécessitaient dans les 90s plusieurs jours d'hospitalisation, aujourd'hui, ça peut se faire en ambulatoire !
So far so good d'un point de vue strictement égoïste et, jusqu'au mois d'août, j'aimais beugler à qui voulait bien l'entendre: "Putain j'ai 20 ans mec, mal nulle part et la forme de ma jeunesse, je n'ai jamais été diminué, toujours la patate malgré une hygiène alimentaire digne d'un beauf over-fat du grand ouest américain. Mate moi cette peau mec, deux trois rides d'expression, mais c'est parce que je suis trop drôle, je me fais trop marrer. Des cheveux blancs ? Exit, je les rase ! La vieillerie ? C'est dans la tête mon pote, pas dessus !"

Tractions, suspensions, gainage... Adam Ondra confie ses inquiétudes face à la montée en puissance du Flamboyant...
La réalité est un peu moins idyllique, en remontant le temps, on se rend compte que la "machine", si elle n'est pas encore complètement délitée, a déjà donné. Petit bilan rapide non exhaustif:

- Articulations majeures: déjà 3 opérations (Latarjet épaule gauche, 1995, idem à droite en 2001, suture méniscale du genou droit en 2018)

- Fractures: pas grand chose mais bon, un arrachement osseux à la cheville au début du siècle, un doigt en 2008 (claqué contre un piquet de slalom en ayant cassé ma protection de bâton), un petit doigt de pied ou deux à la vingtaine pour vérifier que les meubles de la maison étaient bien en place, et un scaphoïde en 2010 (street fight perdu à vélo contre une voiture...)

- Lésions tendineuses et ligamentaires: une demi-douzaine d'entorses à chaque cheville, quand même, plus ou moins graves, mais rien depuis une bonne dizaine d'année. Ca tombe bien, à la dernière, le toubib des urgences avait prévenu: "à la prochaine c'est l'opération". On tient bon ! A signaler également une tenace épitrochléïte de m... au coude gauche qui a perduré deux années complètes (2015-2017) avec tous les traitements possibles (étirements divers et variés, kiné posturale, ondes de choc à gogo, infiltrations PRP plaquées or, et même visite chez un marabout !) Mais sans vraiment m'empêcher totalement de "faire".

Bon, de mémoire comme ça c'est à peu près tout, en creusant on trouverait bien une chiasse mexicaine au relais par-ci ou des hémorroïdes marocains par là mais passons, je tiens au côté glamour de ces pages...

Bref, ça commence à compter un peu, pour de l'usure "normale". Un peu plus peut-être qu'un quadra lambda, un peu moins sans doute qu'un guide un poil malchanceux. A suivre !

C'est parti pour 3 mois de rééducation !
Aksel Lund Svindal respire: le L et ses quadri hypertrophiés est "out" pour la coupe du monde 18-19 !

En attendant, l'ami Rackam, grimpeur de 9 et ami de longue date, l'un des Papes français de l'escalade libre et également Maître de Conférence en radinerie intercontinentale (relire l'excellent http://lansb-mag.blogspot.com/2009/01/contre-la-crise-un-inventeur-de-gnie.html), me fait le grand honneur de me concocter un entraînement "poutre" sur mesure pour me mettre la caisse au printemps. Voilà de quoi occuper sainement le haut du corps à grands coups de tractions et de gainage, la Beastmaker tourne à plein régime. Merci cher Rack !

De quoi transformer celui que les groupies hystériques surnommaient Arkator (avant de devenir le Flamboyant) en inarrêtable machine à tracter et inépuisable planche de gainage... Sera-ce payant en falaise ? On verra bien ! En attendant, comme en attestent les clichés disséminés dans ce post, j'ai les biceps d'Arnold S. (quand il avait 8 ans) et les cuissots d'Hermann M. (quand il aura 112 ans)...

Enfin, d'ici à la libération conditionnelle début mars, je "profite" de la vie avec des enfants en bas âge (3 et 1 an) h24. "Profite des enfants !" me disent amicalement... ceux qui n'en ont pas. Les autres, moins naïfs, ont la décence de s'abstenir et de me plaindre en silence :)

Cette "expérience" de repos/prison/chômage (ne rayez aucune mention, il n'en est pas d'inutile...) m'a toutefois rendu beaucoup plus tolérant, et admiratif de l'oeuvre de Saint Xavier Dupont de Ligonnès, le Mage Nantais. Finalement, tuer sa femme, ses 4 gosses, tout foutre à la chaux sous la terrasse de la maison familiale et disparaître à tout jamais ne manque décidément ni de panache, ni de... sens ?

"Les enfants, soyez sages, Papa part chez Mr. Bricolage acheter une baignoire, de la soude, une scie, une pelle, et des sacs poubelle, je ne serai pas long !" 😊

Bonne année à tous, et surtout... la santé bordel !

Pas de chou, pou, ni hibou, mais un genou et du caillou !

La blessure au genou droit, survenue lors d'une hyperflexion du membre dans une cheminée facile en Corse, n'a finalement pas décidé de guérir toute seule paisiblement le dernier mois... En attendant, visites chez le médecin, séances de kiné, et très vite désormais un arthroscanner pour savoir de quoi l'hiver sera fait (ou pas fait d'ailleurs...)

Le calme et le repos ont été de mise, entre belles journées d'été indien dans le Diois, un mini voyage familial en Ardèche pour souffler, avant de grimper à nouveau, doucement, avec l'amie Nathalie qui profite du "pont" de la Toussaint pour respirer un peu loin de l'étouffante ambiance parisienne ! Remobilisation articulaire "en douceur" (comme dirait l'ami Ludo Erard) dans des voies pas trop dures en attendant le verdict médical imminent... Quelques souvenirs, ensoleillés ou pluvieux, des perles de Drôme provençale et des falaises du Grésivaudan...

Octobre-novembre, idéalement, c'est ça: des falaises baignées de soleil où l'on brasse des prises tant que l'astre du jour veut bien nous réchauffer... ensuite, c'est bonnet, doudoune, et au café !


Le col de Rousset porte d'entrée Sud du Vercors: ses falaises, ses couleurs chatoyantes, son ciel éternellement bleu !
Neige et hiver précoces sur les hauteurs du Vivarais, Ardèche sauvage !
Le plateau des petites roches vu depuis le très confidentiel secteur "Empereur" au Glésy
Belledonne se pare enfin de son manteau d'hiver et redevient un massif esthétique !
Crash météo total, pluie diluvienne en falaise, la Loose (avec un "L" majuscule, pas celui de la photo ;)
Projet Blair Witch en Chartreuse secrète, retour penaud sous la pluie, trempés jusqu'à l'os... Faut dire que les survet's "bâche en coton" Domyos ne sont pas trop "Gore-Tex" !
Une des Mecques drômoises, l'impressionnante falaise d'Omblèze, que je n'avais pas approchée depuis 2003 !
De très grandes longueurs continues et en caillou superbe, j'avais oublié mais ce spot mérite vraiment le déplacement !
Du gris, de l'ocre, du jaune, mais toujours de belles envolées techniques
Nathalie respire l'air du Sud qui lui plaît tant, tout en broyant les réglettes locales !
Falaise d'Anse, un pur joyau !
L'air, la terre, une corde... la vie !
Nath fait péter la souplesse du chacal écrasé pour négocier ce délicat et physique 6b, à l'ombre, donc au froid...
17h, il fait nuit... Le soleil nous offre un dernier baroud d'honneur avant de nous plonger dans la caillante... c'est plus l'été !
Le caillou s'embrase, quel spectacle ! J'adore l'automne pour cela...
Gentiment handicapé par mon genou droit mais heureux de toucher du rocher malgré tout... Décidément il ne doit pas faire bon vivre sans grimper !
Tout est dit: ici, on prend le temps de vivre !
Le spot du village ! On attend la dissipation des brumes matinales et une élévation salvatrice du mercure devant un magazine en avalant un bon café :)
La Drôme provençale en un cliché: des maisons en pierre, des volets bleus, du cachet à revendre, et du soleil pour tous les jours !
Falaise d'Eson, dernière visite pour moi: il y a 15 ans, au tout début du développement du site, avec Olivier Torinesi que je salue à l'occasion !
Nathalie découvre les strates consensuelles de la falaise principale plein Sud, chaleur garantie !
"Mains" at work pour man at work...
Nathalie aux prises avec le bec sommital d'un grand et long 6c. Un final bien teigneux, technique et gazeux, très belle longueur !
Retour paisible en forêt après une belle journée d'escalade automnale... c'est de saison !
La nature nous offre un beau feu d'artifice avant de s'enfoncer dans la monochromie hivernale..
Petit à petit on y vient à l'appréhension voire la crainte: traversant une forêt profonde et parcourue de chasseurs, j'enfile le gilet jaune au col de Marcieu pour rejoindre la falaise... presque la peur au ventre. Vivement que l'on régule cette espèce dangereuse... 
Nath dans une tentative en tête dans "Fuck !" une voie au nom plus que poétique... Un 6b presque sous-coté mais bien beau
Chaleur d'une fin de journée en Chartreuse... moment de félicité

Cursichella settembrina...

Les années se suivent et se ressemblent pour Nathalie en septembre: immuablement, cette parisienne d'adoption dont le goût pour la bougeotte n'est plus à démontrer et force le respect me rejoint en Corse pour sa dose automnale de granite 5 étoiles... 10 jours à deux semaines de progression verticale sur la roche rose ne sont pas de trop pour oublier le tracas de la vie quotidienne dans la capitale !

Une météo un peu compliquée en début de séjour a laissé place a du grand beau par la suite. Des petits pépins physiques de son guide ont un peu contrarié la fin de séjour mais on croise les doigts pour que ce ne soit pas trop grave et on revit ces beaux moments, qui en appellent d'autres, en images...

Ce caillou est tout de même à nul autre pareil !
Nathalie retrouve ses sensations dans les superbes itinéraires de l'Oriu (dont les relais sont parfois mal placés...) 
Arnold en vacances en Corse ? Non, le L manie superbement l'objectif pour arriver à ce résultat optiquement juste mais pas forcément imaginable dans la réalité :)
Nathalie travaille son gainage dans les voies bien physiques de Picchiatu
Décor de rêve...
Joli contraste sur les tafoni, avant l'orage...
Très pure fissure TRAD de Croce Leccia, qui attire les chaussons et les friends !
Ambiance lugubre quand le col s'enveloppe dans les nuages de fin de journée...
Belle fissure à protéger, un régal !
Au pied de "Tafonite aigue", on se demande pourquoi cette voie s'appelle comme cela !
Le nouveau Sirocco est plus beau que l'ancien, mais j'ai toujours une tête de gland... le problème viendrait-il de moi ?
Nath apprécie les rondeurs de "Tafonite"
Deux salles, deux ambiances ! Quel changement dans les longueurs de sortie !
Direction le Cortenais et le superbe chemin muletier du Tavignano...
Rondeurs parfaites dans "Ombre et lumière", une voie réputée comme l'une des plus belles de Corse... à raison !
Nathalie remonte l'un des plus beaux 5+ de la planète, quel dièdre magnifique !
Au dessus, le fameux dièdre parfait de 30m en 6b, des placements techniques et des prises franches, un régal total !
Nath travaille sa technique dans ces "livres ouverts" dont elle n'a pas encore trop l'habitude, avec abnégation et plaisir ! 
Les rappels se déroulent dans un cadre grandiose...
Concours de luminosité entre le Flamboyant et le soleil, la partie est serrée...
Petite soirée à l'Auberge, on lève de la belette de premier choix ! Renaud, profite bien de tes Mont Blanc de fin de saison, on s'occupe de réconforter ta petite femme ici à Bavella :)
Abrugata magnifica !
Nathalie à l'oeuvre dans les voies magistrales de Murzella...
Vue imprenable sur le chaînon Sud et la Tafunata di Paliri
Encore un point de vue démentiel !
Pathétique "sangliérisation" dans des arbustes calcinés... nous voilà beaux !
Chemins bien balisés, petites pancartes en bois, la mode du trail a du bon: les sentiers de mon enfance reprennent vie et sont désormais accessibles au plus grand nombre. Merci à ceux qui ont oeuvré pour rendre les montagnes Aligianincaises de nouveau faciles à arpenter !
Un châtaigner massif, ancien, fort et rassurant... superbe !
Alisgiani, sous la masse imposante de Caldane et l'oeil bienveillant du San Petrone. Visite "à la maison" et découverte de ces massifs sauvages pour Nathalie 
Le campanile de Sainte Lucie, spéciale dédicace à ma petite fille qui me manque, comme son petit frère d'ailleurs !
La géomorphologie compliquée de la Tafunata di Paliri
Le fort vent dégage l'horizon et les points de vue sont à couper le souffle
Nathalie sur le point d'accéder au trou
Cadre naturel pour les aiguilles de Bavella couchées sous une couette de nuages
Impossible de tenir la rouf' de Nathalie en place avec ce zef de dingue !
Carte postale de légende !
Et toujours ce foutu vent, on ferme les écoutilles !
Cheminée débonnaire en 3 où mon genou fera "crac" après une flexion un peu trop appuyée en mode ramonage... La fin de journée se passe bien mais le lendemain on déchante... Espérons que ce ne soit pas trop grave !