La puberté des "Sytadins"...

L'an passé, une demi-douzaine d'humanoïdes venus d'une autre galaxie avaient marqué les esprits des trois guides incrédules qui, à n'en pas douter, abreuveront le personnel de la maison de retraite où ils rempliront des couches du souvenir de cette semaine hypno-hallucinante. Pour ceux qui ont raté l'épisode de juin 2017, de quoi se rafraîchir la mémoire ici

En 2018, c'est un peu la suite de l'histoire: "Les enfants du Marais" (non non, aucune ressemblance avec Villeret ou Gamblin) sont de retour pour poursuivre l'aventure alpine !

Cette fois cependant, le videur du Night Club (ou plutôt du refuge) a filtré à l'entrée. Exit Antoine, le "White Walker", retenu par une opération promotionnelle de Sanofi Aventis, dont il est l'égérie. Out Julian et Guillaume, pour d'obscures raisons de boulot et/ou de paternité. Oublié également Florian, dit "Florian Rd", télécommandé par la charmante Hélène, femme de caractère qui a rapidement pris en main ce garçon aussi sensible et délicat que délicieusement caustique !

Qui reste-t-il ? Thomas, l'instigateur du projet, que je connais depuis quelques années désormais et dont la motivation sans faille a su entraîner Alex, discret blond Vénitien vivant depuis maintenant deux ans à Berlin et réussissant l'exploit de moins bien parler Allemand qu'un cancre de 4ème en LV4. 

Bref, les deux compères sont prêts à passer à la vitesse supérieure, et cette semaine d'alpinisme et de grimpe intensifs va les transformer. Les "Sytadins" (hommage à une appli totalement inconnue en dehors du périph mais très tendance à Hidalgo-land) ont désormais du poil aux pattes et de l'équilibre sur les arêtes. Ce n'est que le début !

Ici mieux qu'ailleurs... Retour en altitude, back to the office ! De quoi se plaint-on, ya la clim !
C'est parti pour 5 jours à Félix Faure, tranquillles, en semaine, en Vanoise. Ce n'est pas des nuitées qu'on va payer, c'est un loyer ! D'entrée les Grands Couloirs à la Grande Casse. Ca tombe bien, c'est en béton, ça va poser Toto et Alex sur les crampons !
Alex fait le malin devant l'objectif. On se demande de qui il tient ça... :)
Ca fait mal aux mollets, ou ça donne des crampes. Ou un truc comme ça. Bref, c'est une pente de neige raide en béton. Allez, on avance ! ;)
Au col, le panorama est superbe, ce que l'angle pourri du cliché ne rend que partiellement...
Il est beau, il le sait, et il en rajoute. Mais c'est comme ça, il est généreux, régalez-vous mesdames (et messieurs, pas d'homophobie ici !)
Sommet de la Grande Casse full neigeux, sympa non ?
Au Nord, le Mont Blanc nous toise avec un kilomètre vertical supplémentaire !
Un des 3 compères n'a pas l'air trop entamé, sauras-tu le reconnaître ? Quant à savoir qui s'est vu affublé du surnom du regretté "Tomek", pas question, ça reste entre nous :)
Descente névé à part la section raide, du bonheur !
La petite pause s'impose !
Ca chauffe, on se met à l'aise et on "tombe la chemise". Au premier plan, un look plus "Terminator"
La Grande Glière et sa superbe arête Sud. Un des prochains objectifs...
Thomas et Alex gèrent l'ascension de la Pointe de la Réchasse en autonomie. Ils en oublient d'encorder leur "guide cobaye" sur le micro glacier malgré ses supplications... Attendez-moi les gars !
Courte pente plus raide, nos deux protagonistes ont réduit l'encordement à juste titre
Court passage mixte improtégeable pour rejoindre l'arête, votre serviteur va jeter un oeil
Sur l'arête rocheuse sommitale
"A vous toutes", citait la presse internationale à la parution de ce cliché qui fera date. Alors oui, régalez-vous, c'est libre de droits ! 
Que ceux qui charrient gentiment Denis Crabières, ancien président du Syndicat National des Guides de Montagne, au sujet d'une vague ressemblance avec feu l'Abbé Pierre (si je tenais le gredin responsable de ce surnom...), en soient pour leurs frais. Den's va bien et parcourt les cimes plutôt bien accompagné ! Salut l'ami !
Thomas et Alex, tapis dans l'ombre (si si regardez bien), sont déconnectés du monde réel depuis quelques jours déjà... Ils contemplent, au soleil couchant, leur prochaine course. Oublié, Netflix !
Le refuge Félix Faure, un des coins les plus cool pour torcher toutes les classiques en étoile. Avec une météo parfaite, on a croité 4 courses en 4 jours, le programme prévu dans l'ordre prévu. Ca change du maudit mois de mai ! La photo est certainement l'oeuvre de Thomas, Alex étant statistiquement très probablement en place sur les toilettes du refuge (il faut ça pour atteindre une moyenne record de 7.6 défécations par jour). Quant à votre serviteur, il préfère les grands espaces, à proximité des crevasses...
Montée au col des Schistes en neige: c'est bien mieux que quand c'est sec !
Heckel et Jeckel dans les cheminées de Quartzite du haut de l'aiguille... Florian Rd likes this !
Tic et Tac non loin du sommet. Thomas sourit. Blanche Scherer likes this !
Instant de recueillement devant la Vierge de la Grande Glière. De bien pieuses pensées nous envahissent devant ce bronze magnifiquement coulé...
Une de plus en moins ! Ne reste plus qu'à envoyer des conneries sur FB (il n'y a que dans les voies que l'on capte de la data) et à redescendre "en sécurité", comme on dit sur FB en plein Bataclan...
La descente du glacier est un peu "sketchy" en bas, la faute à un passage obligé sur un névé détaché (reptation) qui ne va pas tarder à dévaler les dalles lisses... Il ne faudra pas être dessus à ce moment là, à moins de s'appeler Kelly Slater ! A surveiller les 15 prochains jours !
Aiguille de la Vanoise, traversée. Idéal pour peaufiner son sens de l'itinéraire et sa pose de "grosses"
Itinéraire magnifique mais jamais difficile si on ne se trompe pas bien sûr...
Quelques très beaux passages en très bon caillou !
Un peu de gaz sur les arêtes, superbe !
Le vent gonfle mon fut' un peu large mais que les fans se rassurent: je garde bel et bien mon "exceptionnel petit cul" (j'en rajoute mais c'est pour citer la fameuse réplique d'Eva Green à Daniel Craig dans "Casino Royale")
Trois abrutis très "Village People" prennent la pose à la pause: à gauche, le petit ouvrier de chantier du groupe mythique, au milieu un hurluberlu qui ne dépareillerait pas sur un char de Gay Pride, à droite, celui que les teutonnes à l'épilation approximative appellent 118 (ou 218 cela dépend) !
En route vers de nouvelles aventures !
Au refuge, outre Denis, plaisir de croiser l'inarrêtable machine à anecdotes Pascal Cavoret, et le toujours séduisant Yannick Ponson, des années "Halle Chartreuse/GUCEM" de la fin des 90s. Quelle joie de voir tous ces copains !
Un petit dernier pour la route ? Mon compère mannequin Salewa Ludo Erard, qui forme ses stagiaires "en douceur", comme d'habitude !
Bye bye la Vanoise...
Août 97, mes parents m'offrent une initiation à l'escalade avec un jeune aspi de Pralognan, Cédrik. Le lendemain, ma première grande voie, l'arête W du Petit Arcelin, en second derrière ce balèze. La mayonnaise prend ! Je rentre en école d'ingé quelques jours plus tard et m'inscris au GUCEM, l'histoire est en marche ! Quel plaisir et quelle émotion de recroiser Cédrik chez lui, avec sa petite famille, 21 ans plus tard ! Le salaud a moins vieilli que moi ! Merci pour l'accueil et à dans bien plus vite que 21 ans !
Deux journées plus cool pour finir: du caillou ! Thomas a beaucoup progressé depuis les stages faits ensemble et est devenu un grimpeur de 6 respectable ! S'il continue il va encore aller plus haut ! Alex, quand a lui, a des chaussons tout neufs, et il enchaîne déjà du 5+... De quoi également rêver à une progression rapide ! Quant à moi, 15j de repos des bras ont dû faire du bien, je me promène dans le 6c/6c+ avec les baskets, c'est à rien n'y comprendre !


Merci à tous les deux pour les innombrables bons moments, les déconnades permanentes, et les sifflements d'oreilles de vos amis ! Et merci pour votre sérieux et implication pendant les courses, à refaire assurément ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !