Canaille climb again ?

Avec mes excuses pour ce mauvais jeu de mots, encore non utilisé par les prolifiques (et désormais discrets) ouvreurs de voies de ce massif à nulle autre pareil...

Pour ce week-end à rallonge, le stage de Nathalie dans la Jonte tombe... à l'eau, c'est le cas de le dire. Après quelques jours caniculaires, c'est la pluie et le froid qui sont de retour. Le seul endroit pas trop impacté de l'hexagone? Marseille et son mistral pour une fois salvateur ! Evidemment, il y a foule, c'est le week-end de l'Ascension, il va donc falloir trouver des itinéraires peu connus et/ou suffisamment grimpants pour éviter les colonies de pimpins en mythos-chaussettes du CAF Mont de Marsan-qui-ont-tout-vu-tout-fait et qui rament leur race/mère devant toi...

Ca tombe bien, Nath est plutôt en forme et mes tendinites récalcitrantes semblent me foutre un peu la paix (par quel miracle ça je ne sais pas, mais bon, c'est l'Ascension, le Tout Puissant veille peut-être au grain, qu'il en soit loué...). On peut donc faire 4 journées de grimpe au moins dans le 6b pour confirmer le niveau en hausse de la miss !

Direction la Ciotat, et, pour ce séjour, le Cap Canaille exclusivement. Le dimanche ? Ce sera couennes dures à la grotte de Cessens: 5°C au parking (authentique !!!) et taux d'humidité 200% sous la flotte, le temps tirer sur nos doigts gelés. Mais retour au soleil en images...

Une cheminée en grès d'une extrême beauté au coeur de "Damoclès", pour la longueur au dessus de la vire. Encore une image colorée et magique du Cap Canaille...
Si Nath progresse fort en escalade, il lui reste quelques petits efforts à faire en termes de cadrage photographique... Au départ de "Tord Boyau" avec son pas physique pour quitter le sol....
Beauté, chaleur, mer, non, on ne s'en lasse pas !
Tout le plaisir de la spéléo sans la boue ni la frontale !
Le caillou est bien meilleur qu'il n'en a l'air...
Si si, promis, c'est béton !
Nath se régale, escalade plaisante, qui déroule, et qui défracte la rétine tellement c'est beau !
Vue depuis le Santa Gusta, coucher de soleil magnifique...
On ne se laisse pas abattre, spécialités de la mer pour récupérer !
Le L oublie son cerveau et prend deux chaussons "gauche" pour "Bienvenue chez Damoclès", une grande voie assez exigeante avec deux longueurs en 6c et le reste en 6a ou 6b... Après avoir hésité à se résigner au but et s'être maudit, on se lance en baskets, et au final ça fait très bien. Faut juste serrer les prises plus fort !
Ambiance en tous points exceptionnelle à Canaille, avant d'attaquer le crux physique et terriblement gazeux du surplomb en poudingue
Le L à l'enchaînement de la longueur clé avec ses "skets-ba", assuré par Nath et immortalisé par Seb Mayou, collègue guide pyrénéen, qui se trouve au relais d'avant. Merci à eux deux !
Nath, qui a remarquablement enchaîné le 6c technique sous la vire, finit cette fois par exploser sur les galets plein gaz du crux. Que de progrès cependant, et que de perspectives réjouissantes pour la suite !
Relais dans la petite grotte avant la dernière (grande) longueur. Au moins, en babouches, on n'a pas mal aux arpions !
Seb shoote Nathalie qui s'envole pour me rejoindre sur le plateau sommital. Heureuse d'avoir torché cette voie mythique du Cap !
"Ciao Bella", encore une réalisation magnifique, entre 6a et 6c
Nath au coeur de L1, longue de 20 mètres mais très gazeuse
Encore une version du "il est beau et il le sait", pour faire plaisir au M :) Notez le bonnet et le coupe vent, à comparer avec l'ambiance fournaise de l'aprèm, par la suite...
La très belle, gazeuse, et technique traversée en 6b+ dans le haut de la paroi: un bijou de placement !
Nathalie s'en extrait avec des bouteilles tenaces
Pique nique contemplatif au dernier relais, les pieds dans le vide
Quel plaisir de voir Chantal retrouver le caillou après ses pépins physiques hivernaux ! Hola chica !
Alors qu'il fait décidément trop chaud pour grimper (à comparer avec le L en bonnet et veste 3h plus tôt !), Pompon et son débile acolyte se décontracto-relâchent pour la photo !
Fin de journée peinarde sur le petit port de Cassis, avec Chantal et Pompon...
Grâce à nos amis Ciotadiens, on passe un moment très sympa sur le "Irène VIII", bateau de course datant de 1935, techniquement dans son jus (pas de carbone...) mais magnifiquement restauré et entretenu !
Après avoir cuit au secteur des Emigrés, c'est l'heure de la glace !


Pluie, froid, brouillard, pas de quoi arrêter les motivés ! Avant de remonter sur Paris, Nathalie travaille un beau petit 6b+ qui passera dès que le thermomètre affichera deux chiffres, et le L plie le 7b des "Rastas" qu'il avait raté d'un poil de cul flash et à froid lors d'une visite précédente à cette belle grotte. La suite au prochain épisode !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !