Oestrogénial !

Quel est donc le titre aussi intrigant qu'affligeant de ce billet ? Rassurez vous, vous avez échappé à bien pire... On ne compte plus les années, mais une fois encore, mon ami Thierry me fait le plaisir de m'embaucher pour le célèbre stage d'escalade dans les Calanques de l'ESMUG, l'école des sports de montagne des universités Grenobloises. Un des temps fort de l'intersaison, signe du retour du printemps, des tongs, de la chaleur, des cafés en terrasse, bref de la life quoi !

Ce stage est un produit unique où une cinquantaine d'étudiants ou jeunes actifs sont encadrés par une poignée de moniteurs ou guides triés sur le volet pour leurs qualités pédagogiques et leur humilité, et qui sont avant tout des amis.

De grands moments de rires, d'émotions verticales, de traversées ambiance "arche de Noé", de grandes voies type "radeau de la méduse", d'apéros au bar du camping les Cigales tenu par l'ami Christophe, de petits restos sur le port... bref un séjour où naît très souvent une alchimie et un esprit de groupe qui laissent d'excellents souvenirs à tous les participants année après année. Très régulièrement, les protagonistes restent  en contact à leur retour dans la cuvette grenobloise, un signe qui ne trompe pas.

Cette année, votre serviteur se retrouve pour la première fois en presque 15 ans avec un groupe exclusivement féminin. A l'heure où mes distinguées collègues Marion Poitevin et Julia Virat (pour ne citer qu'elles car je les connais et les admire) se positionnent sur ces créneaux "gonzesse-business" (#leadtheclimb et autres prépa au proba du guide), il était temps que les-hommes-les-vrais reprennent un peu les choses en main.

On ne va pas abandonner aux bonnes femmes, sans combattre, deux millénaires d'inégalités en notre faveur merde ! Il est encore temps de se ressaisir... Machisme ? Assurément mais, comme le disait un grand philosophe souhaitant conserver l'anonymat, "la misogynie, quand c'est assumé et bien fait, elles aiment bien" ! 

Au final, ce stage fut bien plus qu'une semaine de "promène chattes" (copyright un autre philosophe Grenoblois, qui va sûrement un peu trop loin à mon sens et dont le nom commence par Edouard et finit par Bouvet)... Chacune des participantes a fait preuve de force mentale, physique, d'abnégation, et, surtout, de beaucoup de patience pour supporter les plaisanteries et envolées lyriques évidemment savamment dosées (ou pas) et (presque) toujours de qualité du Flamboyant...

Loin des Top-Guns chamoniards et autres grands alpinistes taiseux de l'Oisans, le toujours séduisant ex-bellâtre des campus isérois a su insuffler sa luminosité boréale à son groupe de grimpeuses devenues en un clin d'oeil des groupies béates ne parvenant plus à s'exprimer de manière intelligible en présence de leur astral moniteur... Rien que ça oui :) Résultat ? Des progrès pour tout le monde et un stage très varié !

Vous l'aurez compris, El Magnifico (comme elles l'ont surnommé) a adoré la semaine avec ses drôles de Dames, et il espère que vous prendrez comme lui du plaisir à découvrir (ou revivre) ces beaux moments de franche marrade au travers d'une sélection de clichés du groupe. 

Mesdames qui êtes chez vous, accordez vous une pause entre le ménage et la préparation du repas pour rêver un peu de calcaire blanc, de poudingue ocre, de mer bleu turquoise, et, si vous êtes audacieuses, pourquoi pas du L ! N'oubliez cependant pas qu'il est inaccessible ;)

Plus sérieusement et pour finir, merci infiniment à mon groupe pour ces journées inoubliables bercées par votre bonne humeur et par le doux soleil de Marseille. A l'année prochaine j'espère !

Il a fallu attendre le dernier jour pour enfiler les chaussons et tirer sur les boudins. Avant ? Découverte du massif, grandes voies abordables, cohésion de groupe, et surtout, grosse rigolade en non stop ! Un stage tout simplement magique grâce à chacune des filles du groupe !
Capucine en plein run dans un 6b dévers du secteur Harry Potter. La miss progresse année après année, et son mental de Vietcong, qu'elle avait déjà à 12 ans quand je l'encadrais à Horizons, l'aide à se battre jusqu'au bout ! 
Premier jour, les filles se lancent sur le caillou avec appétit ! Ca change de la salle et ça fait du bien !
Ca déverse, n'est-ce pas miss Cap's ?
Marianne, le sourire bright sur le calcaire blanc (ou l'inverse ?): pas de doute, ce stage ne sera, une fois n'est pas coutume, pas placé sous le signe de l'Erasmus barbu, tanké, et testostéroné !
Seuls les lynx, jouissant d'une vue exceptionnelle, seront à même de distinguer le L de 1998 de celui de 2018: le "crépuscule des idoles" ? Non, je dirais plutôt "je suis une légende" ! (les grimpeurs de plus de 40 ans me suivent, j'espère)
Solitude assurée à l'Archipel pour une première grande voie pour l'équipe; encore une fois des conditions parfaites et pétole ! Nos 4 cordées squattent le secteur !
Une de nos cordées autonomes dans "la Panthère Rose", prise au téléobjectif depuis l'hélicoptère de France 3 qui couvre l'événement retransmis en direct dans 40 pays...
Caro déroule sur ces dalles sculptées en rocher parfait ! 
Laureline et Arya, deux salles deux ambiances: exubérance et connerie infuse d'un côté, sobriété et sagesse de l'autre :)
Tiens ! Un vieux beau en pleine action... Les plus cultivés d'entre vous auront reconnu un ex-judoka et rugbyman istrien de talent, aujourd'hui reconverti en guide intermittent et professeur d'EPS émérite à l'Université ! Merci mon ami !
Plein gaz au Cap Canaille, Marianne est sereine...
La corde qui ondule dans le ciel, le fil d'araignée, les rappels à Canaille sont toujours un moment émouvant...
Axelle, quel style Agathe-représente !
Les strates basiques mais si plaisantes du secteur "Ouvreur de bouse"
Notre mascotte tout droit débarquée d'Epinal (rien que ça c'est déjà drôle) probablement en train de se raconter une irrésistible vanne dont elle a le secret. Tessanne et le Flamboyant ont beaucoup appris à son contact cette semaine :)
"Little" Claire, bien efficace et toujours souriante !
Arya, débutante en début d'année scolaire et déjà plein vide !
Un grand monsieur de la montagne s'est glissé sur ce cliché pris au cours d'une rencontre aussi fortuite que plaisante au relais. Sauras-tu le retrouver ? (Indice, il a un casque Petzl...)
7 filles au relais, ça commence à faire ! Plus que 11 et j'ouvre un golf...
Une silhouette se découpe sur l'horizon au milieu de formes improbables. Quelle canaille ce cap !
Le monde commence à affluer, il y a foule dans les longueurs et au relais, mais la bonne humeur reste de mise, d'autant que les cordées de "Gilbert, 59 ans" se pressent pour porter secours à mes demoiselles pourtant pas en détresse sur la paroi...
Gaz à tous les étages et couleurs incroyables, la magie du Cap Canaille opère toujours !
Capucine en termine avec les derniers mouvements de la dernière longueur. Le soleil décline et les couleurs sont... flamboyantes ! Clin d'oeil de l'astre du jour à son alter égo ?
Pour coller au thème de l'hommage au beau sexe, le L s'est paré de ses petits bras d'hiver, tout minces et en mousse à cause de la longue saison de ski 2017-2018...
Retour après plusieurs années à la fabuleuse traversée Ramond: c'est toujours aussi grandiose !
Ramping improvisé pour Claire à la sortie !
Futurs Croulants, Creux de l'Oule, Devenson, des lieux superbes et sauvages qui font partie de l'histoire du massif !
Quelles couleurs, quel gaz, quelle beauté ! Si Dieu existe, il doit habiter dans le coin !
Amis guides qui traînez des golgoths russes, barbus, rudes et rustiques, sur d'interminables raids à skis dans le brouillard, chargés comme des mules, en Moldavie orientale, avouez le: c'est qui le patron ? Claquettes, bière, grappe de buenasses, soleil, douceur: la vraie vie quoi ! :)
L'unique et exceptionnel Manu Tessanne, devant une gamelle de Pasta del Mare, le plat emblématique de la Stazione. Je vous laisse imaginer le niveau sonore... A sa gauche, notre jeune "stagiaire à vie" dont la discrétion n'a d'égal que la teinte de homard qu'il prend dès qu'il est exposé quelques minutes au soleil... Calme, efficace, peu disert, empathique, respectueux, il ne faut plus qu'Yves revienne, les gens vont l'aimer plus que nous :)
Dernier jour de stage, c'est décidé, on baaaase enfin les baskets pour se glisser dans les chaussons. Ici Thierry dit "ze cat", fait parler la pose de pied féline dans un 7a de Mallombre. Il est facilement reconnaissable à son casque très en vogue au CAF Roquefort la Bedoule ;)
Le L, après avoir harangué la foule et s'être mis une pression amicale mais bien réelle à base de vannes croisées avec le groupe d'Alex, guide à l'UCPA Sormiou, n'a pas le droit à l'erreur...  En cas de chute prématurée dans cette couenne, il croulerait immanquablement sous les moqueries d'un public hilare de voir ce petit chauve remis à sa place... Heureusement il n'en fut rien, et ce 7a+ rési fut croité sans avoir trop martyrisé les fibres musculaires de votre serviteur, pourtant atrophiées par des dizaines de journées de ski!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !