Allein auf dem Galthof mit Pulver ohne Ende !

Les plus germanophiles d'entre vous auront traduit cette simple phrase quasi instantanément. Pour les autres, résumons: gavade de poudre décennale dans une ambiance désertique lunaire de premier choix. Une bonne journée quoi !

Aaaah ! Les jours se suivent et ne se ressemblent pas toujours, heureusement ! Après s'être fait tremper jusqu'à l'os hier puis gelés par la tempête d'un sommet perdu dans un brouillard aussi épais que la couche de graisse de Guy Carlier, on s'offre une journée "mixte": du très grand ski au dessus de la limite forestière sur le Galtjoch, incroyable belvédère Tirolien; entre les arbres, c'est de la croûte allant de difficilement à totalement inskiable, la pluie et les températures clémentes ayant fait des ravages...

Heureusement, en Autriche, on sait accueillir le touriste: une bergerie d'alpage transformée en petit refuge l'hiver se trouve dotée d'un gardien bien urbain: il a tracé la montée avec sa motoneige pour refaire son stock ! Voilà une super piste de bobsleigh providentielle à déguster à la descente !

L'ascension ? Elle ne s'est pas parfaitement déroulée, la faute à votre serviteur. Un seul être vous manque (en l'occurrence la carte Autrichienne de la vallée) et tout est dépeuplé: un peu de ski de combat dans de la neige lourde et très (très !) profonde en forêt nous aura fait perdre du temps et de l'énergie. Au final tout est rentré dans l'ordre (après quelques injures à l'encontre de la neige, de la carte, des sapins, bref...) et on a pu se turbo-gaver dans les pentes sommitales... La suite en images !

The world is mine: des km-carrés de pente, de la poudre, et ma trace unique. Merci Nath pour la photo, quelle ambiance, quel souvenir !
Le matin au départ: au sec, motivé ! Zou !
Notez le soin du détail sur ces petits chalets isolés, avec la magnifique rosace en bois
La neige, même lourde à cette altitude because 24h de pluie forte, est là en quantité
Une montée plaisir au soleil, pour l'instant...
2m de neige par endroits, ces rivières, dans du raide, sont une plaie à traverser...
Ehenbichler Alpe, un petit coin de paradis...
Chantilly par-ci, chantilly par-là, le festival commence !
Le Lechtal, une merveille secrète et préservée, encaissée, et avec de belles montagnes raides... Que Chamechaude et la Belle Etoile paraissent loin avec leurs traces par milliers et leurs parkings bondés... Bises aux Grenoblois !
Nathalie sur une croupe pour se protéger des pentes menaçantes de l'Abendspitze, au loin, on devine le Zugspitze, flirtant avec les 3000m. On s'y rendra demain pour se mettre au frais, on annonce des températures printanières !
N'en jetez plus ! 80cm de fraîche, parfois plus ici. Poudre tassée, autant de lignes que l'on veut... quel panard ! Et si le vrai luxe, c'était l'espace ?
Ambiance inoubliable !
Le cirque Hipparque sur la lune ? Non non, Galtjoch, Autriche !
Conjuguons ensemble: je vais me goinfrer, tu vas te goinfrer...
Arête sommitale, que c'est beau !
Sommet large, plat, mais balayé par un vent soutenu: il fait d'un coup très froid !
C'est un succès ! Hop, baaaaase vers des lieux plus hospitaliers !
C'est parti pour un moment hors du temps
Tout ça pour moi, c'est presque trop ! Prise d'élan et grandes courbes à gogo !
Nathalie skiing on the moon !
Fin de journée magique sur ce sommet classieux: solitude, neige excellente, panorama de fou... What else ? Une orgie de Flammkuchen à la maison pardi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !