Grandeur et cruauté de la neige...

Comment conjuguer le plaisir d'une longue journée de poudre en bonne compagnie avec l'infinie tristesse liée au fait que cette même journée est et restera comme l'une des plus noires de ces dernières années ?

Comment ne pas hurler sa rage devant l'injuste lynchage médiatique dont fait l'objet un collègue, un type en or, suite à l'avalanche mortelle du Mercantour où il a eu l'extrême douleur de perdre 4 clients ?

Comment accepter de se faire traiter d'inconscient par des journalistes parisiens incultes, incompétents, incapables de comprendre une version même vulgarisée des mécanismes complexes de prise de décision des guides de haute montagne ? 

Comment ne pas vomir ce sensationnalisme de caniveau, comment tolérer de voir aboyer avec la meute des hordes de gens de salon, jugeant et condamnant depuis leur canapé feutré un homme qui a tant donné pour la sécurité et la prévention des accidents dans sa profession ? 

Comment oser envisager un scénario aussi naïf que "4 personnes sont mortes alors que la météo avait bien dit que le niveau de danger était à 4" ?

Comment ne pas pleurer le guide décédé sur la préparation de l'épreuve Andorranne du Freeride World Tour, comment ne pas partager la tristesse de la famille de la skieuse ayant perdu la vie à la Grave ce même jour ? Comment ne pas être soulagé de savoir une autre skieuse, coffrée aux 2 Alpes, retrouvée vivante ?

Surtout, comment ne pas se remettre continuellement en question lorsque c'est son métier et que chaque jour, on remet une pièce dans le jukebox ?

Comment ne pas se sentir totalement concerné lorsqu'on aime la montagne ?

Enfin, comment expliquer que l'amour des grands espaces hivernaux est envers et contre tout très fort, et que notre passion pour ce matériau magique mais traitre qu'est la neige demeure ?

Assez de questions, voici quelques images d'une journée très variée dans la grosse poudre des 2 Alpes, avec une pensée pour les passionnés de ski qui pleurent ce soir...

C'est fat de chez fat ! Mais avant une telle visi, il y a eu la matinée...
Pas la même ! Ambiance hivernale et austère...
Jean-Pierre, local de l'étape, et ses clients
Eric, guide aux 2 Alpes depuis des lustres lui aussi, tout juste revenu du Caucase, nous démontre qu'Hokkaïdo c'est le Fioc !
Le soleil déchire l'épaisse couche de nuages en milieu d'après-midi. Une nouvelle journée commence, grandiose et lumineuse. La montagne nous choque tant elle peut être belle !
Les clients dans le Déversoir
Jean-Pierre ne résiste pas au plaisir de skier les contre-pentes du couloir, vierges, mais cela lui coûtera quelques pas de remontée en escaliers :)
A l'attaque du Clot de Chalance, où les traces avant les nôtres se comptaient sur les doigts de la main du Baron Empain...
Traçage !
Des pentes à surveiller, toujours sur le qui-vive...
Photo souvenir avec l'ami Eric
C'est pour ça qu'on aime le ski, voilà un client heureux !
Pur !
Il y a de la place !
Retour sur la Thuit...
Condoléances aux familles endeuillées aujourd'hui par les avalanches et soutien aux collègues valeureux dévastés par les accidents et non pas assassins décérébrés en puissance...

1 commentaire:

  1. De tout coeur avec les familles de victimes, et un soutien sans faille au guide. A chaque accident c'est le même déversement d'injures et de condamnation de la part de personnes qui n'y connaissent rien, c'est affligeant et écœurant...

    RépondreSupprimer

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !