Sur les traces de Gaston (et de Gastro)...

Une belle saison d'alpinisme estival, un gros mois d'août en canyon, une infiltration au coude début septembre pour enfin se débarrasser (espérons) d'une épitrocléïte récalcitrante, ne manquait qu'une belle course en montagne pour fêter l'arrivée de l'automne météo d'ici la fin de la semaine.

Ce sera chose faite en compagnie d'un (autre) grand amateur de poulet frit cuisiné aux 11 herbes et épices suivant une recette centenaire du Kentucky, l'incomparable Cédric !

Les chicaneurs prétendront que son historique accent Drômois se teinte de plus en plus de Valaisan depuis qu'il suit avec brio sa formation de guide de haute montagne chez les Helvètes, mais qu'importe !

Bref, on se retrouve pour promener nos ganaches dans la voie Rébuffat de la face Nord du Grand Pic de Belledonne. Autrefois mythique et réputée extrême, cette belle course rocheuse souligne l'audace de Gaston le grand guide, venu traîner ses espadrilles dans cette raide paroi du culmen du massif en... 1944 !

Romain le Flamboyant troque cependant, une fois n'est pas coutume, son néo-surnom enflammé pour celui de "la luciole" tant il était éteint en cette très belle et chaude journée. Malade dès le matin, cela ne s'arrangera pas trop le long de cette - justement - longue épopée.

Départ de Pré Marcel, ça fait presque 2 km verticaux "round trip" avec les innombrables coups de cul, sans compter les interminables traversées jusqu'au (et depuis) le refuge Jean Collet. Un voyage initiatique dans une zone parmi les plus austères de ce beau massif, au coeur d'une grande face Nord protégée par un socle relativement pourri (chute de pierre finalement sans conséquence sur la L-caboche)

Au final, seule la longueur "crux" est en excellent caillou, le reste en rochers brisés demande de l'attention... Ca fait pas bézef sur 400m de grimpe... La descente par l'arête Nord nécessite également de garder les mirettes ouvertes, la pluie et la grêle de la veille ayant laissé des billes de glace sur toutes les terrasses et rendu les dalles licheneuses très piégeuses...

Une belle petite "grande course" signée d'une main prestigieuse et visionnaire, même si la difficulté principale de l'itinéraire réside davantage dans la gestion du caillou là où il est interdit de tomber plutôt que dans les difficultés pures, elles bien protégeables !

Au niveau du lac Blanc de bon matin, l'ambiance est toujours riante et estivale... 
La face, imposante, nous plonge irrémédiablement dans l'ombre au fur et à mesure que l'on s'en approche
Face Nord du Grand Pic: un glacier qui, dans ma mémoire, n'a pas tellement diminué depuis 10 ans, un socle massif et enfin une paroi raide jusqu'au sommet
Le L à la rimaye, brassé depuis le lever... Peu après le socle, il va "rendre" ses Grany, événement aussi rare que désagréable...
Cédric en pleine forme lui, ce qui ne l'empêche pas d'arborer un casque "tête de gland" aussi laid que celui de son acolyte !
Au coeur du socle, rochers instables, parfois sifflants et volants (merci dit mon oreille qui en a "amorti" un au passage) et dalles mouillées sont au menu
Au pied de la face... C'est raide et ça fait peur, heureusement, c'est pas là !
Dernière traversée, tout en haut du socle
C'est parti ! Au loin, le lac, le soleil, la vie, au premier plan, l'ombre, la glace, et le froid... bon ça va c'est pas les Grandes Jorasses hein !
Une belle écaille !
Départ sur prises cassantes, la suite va un peu mieux
La pluie orageuse de la veille a laissé des billes de glace partout, humide, et glissant ! Bref, pénible...
Cédric enfile les chaussons et se régale dans la longueur clé, 6a/b. Bien protégeable et prisue, le L, tout pâle, suit et libère en "grosses" juste après s'être "allégé" de barres énergétiques pré-digérées...
Remontée de belles cheminées au caillou (déjà) nettement moins bon....
Ca commence à faire haut, les lignes de fuite sont chouettes !
Ambiance face Nord...
Plus haut, la face s'ouvre à l'Ouest et prend, petit plaisir, le soleil au fur et à mesure que la journée avance... 
Il y a encore de la place pour ouvrir dans cette paroi... avis aux amateurs !
Difficile de bien protéger globalement. Le thème du jour c'est un friend tous les... bref faut pas trop tomber
Dans le haut, des dalles trempées sont entrecoupées de petites vires remplies de grêle, le plaisir du rochassier...
Brèche bien esthétique et "montagne"
Des couleurs magnifiques au sommet. La troisième visite pour moi, après la face E à ski et la traversée des 3 Pics via l'arête du doigt... Dans les deux cas ça remonte à (bien plus de) 10 ans...
Heureux Ced' ? Certainement la perspective de l'incontournable et imminent KFC qui lui donne cette bobine réjouie ! 
Le lac Blanc et la vallée du Grésivaudan, vus depuis le culmen de Belledonne...
Descente technique et glissante, nécessitant également un bon sens de l'itinéraire: bien rester concentré(s)
Esthétique balade entre ciel et terre sur l'arête Nord...
Niveau qualité du caillou, c'est pas le Grand Cap hein...
Le petit glacier de Freydane résiste encore et toujours au réchauffement climatique...
Le beau petit refuge Jean Collet, sur sa petite terrasse: un lieu absolument magnifique !
Coucher de soleil qui invite à l'introspection... c'est beau !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !