Castellucciu d'Ornucciu (Bavella): mignardises traditionnelles...

Petit souvenir du mois de mai 2013... A Bavella, l'occasion de passer un peu de temps sur du caillou avec l'ami Carlos, dans deux de ses co-créations verticales parmi tant d'autres...

Des voies accessibles en très bon caillou dans l'ensemble, facilement protégeables, à conseiller aux amoureux du TA, euh, pardon, du "trad" comme disent les djeunz' pour parler d'une pratique ancienne redevenue soudainement "in"...

On commence la journée par la voie "Ascensao-Biancarelli", des cheminées raides et superbes ainsi qu'une boîte aux lettres géante dans laquelle il faut savoir grimper sac entre les jambes...

On enchaîne avec "Super Picsou Géant", une trouvaille signée Carlos/Pierrot Clarac, peut-être un poil plus athlétique en bas mais toujours aussi agréable et qui déroule dans du beau granite rouge. 

Le niveau moyen tourne autour de 5+/6a, full-TA. Les relais sont commodes à confectionner, l'accès et le retour plutôt rapides, bref, deux bons plans !

A faire et à refaire pour emmener madame, des amis, ou des clients !

Carlos ouvre le bal sur du très beau caillou par une très belle journée...
L2: le L s'est régalé dans cette fente superbe, dévorée à son tour par l'ami Carlos
Tout va bien pour l'infatigable ouvreur de Sant'Andria
Hop, ça repart, toujours dans la joie et la bonne humeur !
Le L engage un poil, quand on ne voit pas les pièges à friends, on a moins le droit de tomber... En bas, le canyon de la Vacca pour ceux qui ont de bons yeux !
Une escalade totalement atypique sur ce type de caillou, ambiance spéléo !
De magnifiques mouvements dans cette petite longueur un peu plus physique
Non, Carlos n'a pas mis les doigts dans la prise, et pourtant...
Allez, on s'en remet une petite: c'est parti pour "Super Picsou..."
Encore un bel itinéraire raide et grimpant tout en restant abordable
Une longueur un peu psycho sur des corn-flakes bien minces dans le haut... mais ce n'est jamais bien dur
A rigoler et raconter des conneries, on ne se retourne pas pour voir le ciel s'assombrir rapidement...
Trop tard, on essuie un orage qui nous trempe jusqu'à la moelle et nous oblige à une retraite à 1 longueur du sommet
Complètement trempés mais heureux: direction l'auberge pour se refaire !

1 commentaire:

C'est surfait ? C'est sous-coté ? Ramenez votre fraise !